Le bouddhisme : le yoga et la méditation au service de notre esprit

Le bouddhisme est une religion et une philosophie. Originaire d’Orient, elle s’est largement répandue dans le monde entier. Par ailleurs, ces dernières années, le nombre de bouddhistes en France a augmenté et est aujourd’hui estimé à environ un million. Cependant, les pratiques qui entourent cette religion sont encore plus largement adoptées dans les pays européens. Le yoga, par exemple, recense 2,6 millions d’adeptes français. Mais qu’est-ce qui attire autant les Occidentaux dans cette pratique ?

Qu’est-ce que le bouddhisme ? 

La religion bouddhiste a vu le jour en Inde au Ve siècle avec J.-C., suite à l’éveil de Siddhārtha Gautama et à la diffusion de son enseignement. Aussi appelé Buddha, il a inspiré de nombreuses théories philosophiques, psychologiques ou encore cosmologiques. Et ce, tout au long de sa vie.
 
Le bouddhisme, aujourd’hui, s’est ramifié en plusieurs écoles. Les principales branches actives à l’heure actuelle sont le bouddhisme Theravada, Vajrayna et Mahayana. Néanmoins, quelques préceptes leur sont néanmoins communs. L’un d’eux, bien connu, est l’ahiṃsā. Il s’agit du principe de non-violence et il a inspiré de nombreuses personnes non religieuses.

Pratiques spirituelles et bracelets bouddhistes

Le lieu d’invention précis des bracelets bouddhistes, comme on peut en trouver sur DailyLama, est difficile à définir, mais leur utilisation remonterait à 3 000 ans av. J.-C., dans les cultures hindouistes et bouddhistes. En Inde, ils sont connus sous le terme de « mâlâ », soit « collier de méditation » en sanskrit.
 
S’ils sont à l’origine utilisés durant la récitation de mantras et de prières, aujourd’hui, les bracelets bouddhistes sont mis à profit dans le cadre du développement personnel et spirituel. C’est d’ailleurs à vous de choisir votre mâlâ selon la pierre qui vous attire. À celles-ci sont associées des propriétés spécifiques en lithothérapie. Ainsi en choisissant une pierre, vous mettez en avant le sentiment ou l’aspect sur lequel vous voulez travailler. Par exemple, l’améthyste est associée à la gestion du stress et des angoisses. En méditation, elle peut être choisie comme support pour laisser partir vos pensées négatives ou obsessionnelles.

Méditation et yoga, deux pratiques importantes du bouddhisme

En accord avec leur objectif de liberté intérieure, les bouddhistes ont recours quotidiennement à la méditation en visant un état de « pleine conscience ». Qu’elle s’inscrive dans une pratique religieuse ou non, elle est un outil pour gagner en maîtrise de soi et développer une attention au moment présent.
 
Selon votre objectif vous pourrez trouver différentes méthodes de méditation. Il existe notamment des méditations guidées, et certaines visent à aider à la concentration. Ainsi, elles sont axées sur la visualisation, pour apprendre à fixer sa pensée sur un point précis. D’autres sont plus introspectives et permettent une meilleure maîtrise des émotions qui vous traversent. Cette pratique est d’abord un travail sur soi, qui vise à la connaissance de nos modes de pensées et de nos réflexes afin d’avoir davantage de contrôle sur ces processus. Cette connaissance permet de savoir comment se placer par rapport à soi, aux autres et aux événements auxquels vous faites face.
 
Le yoga, lui, est un travail de connexion par lequel on recherche un équilibre entre son esprit et son corps. Différents styles et lignées de yoga coexistent, mais tous ont pour but d’atteindre « moksha », la libération. Une large variété de méthodes découle des différentes visions de cette libération. Le Hatha yoga, par exemple, est d’abord un yoga postural qui recherche l’éveil par les bonnes postures. Il a cependant de nombreuses ramifications, où les notions thérapeutiques sont plus ou moins liées à la pratique, dont la diminution du stress et de certaines de ses conséquences, telles que la chute de cheveux
 
Selon les écoles, le yoga sera plus centré sur l’individu ou sur la communauté. Certains styles de yoga sont libres, et permettent l’enchaînement des āsana, les postures, selon un thème choisi. Le Vinyasa en est le premier exemple. Lui-même provient de l’Ashtanga yoga, où les āsana se suivent selon un ordre établit. La large variété de pratiques du yoga découle des nombreuses visions de la libération que privilégient ses pratiquants. Elles sont adaptées selon les temps, les expériences de la vie ainsi que les besoins de chacun.
 
Si vous voulez apprivoiser les méandres de votre esprit dans la bienveillance, libre à vous d’adopter ces pratiques et leurs outils dans votre quotidien !